Raz de marée de voitures électriques d’ici à 2025


Raz de marée de voitures électriques d’ici à 2025

Un rapport annonce une production dans l’Union européenne de 333 différents modèles et de 4 millions de véhicules rechargeables dans six ans. Reste à convaincre les acheteurs…

 

La montée semble inexorable. Elle commence cette année et devrait culminer dans six ou sept ans à des niveaux tout à fait inédits. Un rapport commandé à la société d’étude IHS Markit par la fédération d’ONG bruxelloise Transport & Environment (T&E), et publié jeudi 18 juillet, annonce une « poussée de l’électrique » (c’est le titre de l’étude), qui devrait changer durablement la face de l’industrie automobile européenne.

 

Selon le rapport, la fabrication de véhicules à batterie rechargeable sur une prise (hybrides ou 100 % électriques) va être multipliée par six d’ici à 2025 pour atteindre les 4 millions de voitures, soit 22 % de la production totale de l’industrie automobile européenne, contre 4 % aujourd’hui. Le nombre de modèles disponibles va passer de 60 au total, à la fin de l’année dernière, à 176 en 2020, puis 214 en 2021, pour atteindre les 333 en 2025. Une accélération digne d’une Tesla !

 

Cette révolution électrique et son caractère historique ne sont pas vraiment une surprise. Le big bang est même prédit régulièrement, soit dans la foulée de l’annonce choc d’un constructeur, soit dans les études annuelles des sociétés de conseil qui rappellent que, pour faire face aux exigences de réduction de COprescrites par l’Union européenne dès 2021, les industriels n’ont d’autre choix que de se lancer massivement dans le véhicule rechargeable. Mais ce nouveau rapport a le grand mérite de fournir une photographie précise, constructeur par constructeur, année par année, de ce grand changement sur la base d’un travail de recherche approfondi

 

D’abord Volkswagen, puis PSA

Qui sont les grands acteurs de la transformation ? Chez les constructeurs, on notera l’effort colossal consenti par ceux qui, jusqu’à l’affaire du « dieselgate », en 2015, n’avaient pas vraiment pris le virage de l’électrique

 

Retrouvez la suite de l’article sur le monde.fr


< Retour